Actualités 8 mars 2017

Autonomiser les femmes, c’est autonomiser les communautés

« Investir dans la femme, c’est investir dans une personne qui investira à son tour dans toutes les autres », Melinda Gates

Investir dans la femme a une incidence positive en matière de protection de l’enfance. Lorsqu’une femme perçoit un revenu, elle le dépense principalement en faveur de sa famille, de l’éducation des enfants, de l’alimentation, des besoins essentiels du foyer ainsi que de la communauté.

Selon la Banque mondiale, « des études montrent que lorsqu’une mère dispose d’un revenu, les chances de survie de l’enfant augmentent de près de 20% au Brésil ; au Kenya, l’enfant aura une taille supérieure d’environ 17%. En effet, les mères investissent une plus grande partie de leur argent dans la santé et l’alimentation. » D’après une autre étude, en Côte d’Ivoire, une augmentation de 10 USD du revenu de la femme a autant d’effet sur la santé et l’alimentation d’un enfant qu’une augmentation de 110 USD du revenu de l’homme. Favoriser l’autonomisation économique de la femme favorise également le taux de scolarisation et de fréquentation scolaire des enfants.

Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles correspond à l’Objectif 5 des Objectifs de développement durable. C’est un droit fondamental  qui a les répercussions considérables en termes de réduction de la pauvreté, de recul des inégalités, d’éducation des enfants et de développement.

Dans de nombreuses communautés productrices de cacao, les femmes restent encore défavorisées sur le plan économique. Au Ghana, les femmes qui cultivent le cacao ont 25% de chances en moins d’avoir bénéficié d’une formation technique au cours de l’année écoulée (à l’échelle mondiale, on estime que les femmes ne bénéficient qu’à hauteur de 5% de services de vulgarisation ou de formations techniques). L’étude de l’ICI sur le marché du travail (ICI Labour Market Research Study) a également montré qu’au Ghana, les femmes qui cultivent le cacao comptaient un nombre d’années de scolarité nettement inférieur, avaient moins facilement accès aux programmes d’amélioration de la productivité, utilisaient moins d’engrais, faisaient moins appel à une main d’œuvre adulte, affichaient une plus faible productivité du travail et, par conséquent, obtenaient une production et un rendement inférieurs par rapport à leurs homologues masculins. Il est également ressorti de l’étude que pour les femmes, engager de la main d’œuvre adulte présentait un coût et que, pour compenser, elles recouraient davantage au travail des enfants (évalué en nombre de journées de travail) que les hommes. Enfin, toujours au Ghana, l’étude a révélé que les femmes cultivatrices de cacao étaient risque plus à risque de faire appel au travail des enfants sous des formes dangereuses.

Source: ICI Labour Market Research Study Data (2016)
Source: ICI Labour Market Research Study Data (2016)

En Côte d’Ivoire, la situation n’est guère différente. Alors qu’elles représentent près de 68% de la main d’œuvre, les femmes ne sont propriétaires que de 25% des plantations de cacao et ne perçoivent que 21% des recettes générées.[1]

Favoriser l’autonomisation économique des femmes au sein des communautés cacaoyères est par conséquent essentiel pour garantir la protection et le bien-être des enfants. C’est la raison pour laquelle l’ICI encourage l’alphabétisation des femmes, leur procure des formations en marketing et les aide à développer leurs propres activités génératrices de revenus, par exemple dans les domaines de la riziculture, du maraîchage, de la fabrication de savons ou de la réalisation de bijoux. Cela se traduit par une augmentation des revenus des femmes, par des taux de fréquentation scolaire plus élevés et par une plus grande protection de l’enfance. L’ICI crée également des groupes de services communautaires : cette initiative permet à des cultivateurs aux ressources limitées de faire appel à une main d’œuvre à des prix abordables et de moins recourir au travail des enfants, notamment dans le cadre d’activités dangereuses.

Agnes Dede, IGA Secretary, Abease Community, Ghana

 

Pour de plus amples informations sur les conclusions de l’étude de l’ICI sur le marché du travail, consulter : https://cocoainitiative.org/knowledge-centre-post/labour-market-research-study-full-study/

Pour consulter la liste complète des Objectifs de développement durable des Nations Unies, cliquer sur : https://sustainabledevelopment.un.org/sdgs

Pour découvrir comment l’ICI œuvre à l’autonomisation des femmes, cliquer sur : https://cocoainitiative.org/news-media-post/women-in-ghana-benefit-from-rice-farm-training/

https://cocoainitiative.org/news-media-post/literacy-classes-help-the-community-of-ndenou/

https://cocoainitiative.org/news-media-post/30-women-benefit-from-soap-making-at-anglo-in-sefwi-wiawso-municipal/

https://cocoainitiative.org/news-media-post/cote-divoire-ici-and-nestle-working-to-improve-womens-incomes/

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More