14 janvier 2021

CFREC: Une organisation réussie pour favoriser l’autonomisation des femmes

Mécanisme véritable d’autonomisation, la Cellule Féminine de Renforcement Économique (CFREC) initiée par la Fondation ICI dans les communautés cacaoyères est un système d’organisation interne dynamique. En effet, en vue de permettre aux adhérents de développer à moyen et à long terme une Activité Génératrice de Revenus, un kit est offert par groupement de 30 personnes. Si l’on s’en tient aux propos de Mme Beugré Hortense, Responsable AGR, mobilisation communautaire et point focal genre, à la fondation ICI, elle a pour objectif de « motiver l’autofinancement des AGR » ; car comme elle le souligne, « Les femmes ont des problèmes pour avoir accès pour financer leurs activités. La CFREC leur permet donc d’épargner, puis d’avoir accès aux fonds de crédits pour améliorer leur AGR ou en créer. Cela, en vue de s’occuper de leur famille et surtout du bien-être de leurs enfants ».

Le kit CFREC est composé d’une grande caisse verte, de 30 carnets d’épargne, de trois bols (vert, jaune et beige) de trois cadenas et de 3 clés, de 3 gibecières, d’un stylo rouge et bleu, d’une calculatrice, de 2 tampons et de leur écrin, d’une règle, d’outils de capitalisation que sont un cahier de caisse, un livre centralisateur (épargne, solidarité et amende) et un cahier de crédit remboursement. Constituée de femmes, la CFREC est supervisée par un coach. Outre les membres, la cellule comprend une trésorière, une « compteuse », trois gardeuses de clés, une secrétaire et une présidente.

Si la CFREC a un impact sur les membres et donc sur l’ensemble de la communauté, c’est parce que l’organisation interne mise en place est rigoureuse et respectée. Comme l’a signifié Diby N’dri Janvier Hélène, trésorière de la CFREC 1 d’Assinzè (Toumodi), la CFREC est organisée et toutes les femmes respectent le mode opératoire et les décisions arrêtées. Par exemple, la caisse verte dans laquelle l’argent collecté est sous la responsabilité de la trésorière ou la présidente. Les bols, au nombre de 3, ont chacun une fonction spécifique.

Le bol vert sert à recueillir l’épargne des membres. La cotisation hebdomadaire est de 500Fcfa au minimum. Le Bol orange sert aux cotisations relatives à la « solidarité ». Il vise à financer les activités festives ou à assister des membres frappés par des malheurs (obsèques de proches). Le bol beige est utilisé pour conserver les « amendes ». Il s’agit des pénalités que doivent verser les retardataires aux réunions hebdomadaires de la CFREC, à hauteur de 100Fcfa. Selon Allah N’dri Philomène, » compteuse » de la CFREC 1 à Assinzè (Toumodi), l’amende est obligatoire pour les retardataires : « Quand tu es en retard et que tu arrives après l’heure de la réunion, je te rappelle que tu es en retard et tu mets tes 100Fcfa dans le bol (…) forcément la fautive mettra sa pièce dans le bol ». Les trois cadenas sont tenus par trois différentes dames habitant dans trois zones très différentes et qui ne se retrouvent que lors des réunions ou événements liés à la CFREC. La « compteuse » est chargée de faire le point des sommes recueillies dans chaque bol et de faire le point à la trésorière sous la supervision du coach. Ce dernier, d’ailleurs, aide également les membres de la CFREC à trouver une Activité Génératrice de Revenus. Il répertorie les crédits octroyés et met à jour les livres de comptes.

Les bienfaits de la CFREC entre membres

« En tant que trésorière, j’ai su comment on doit garder l’argent, une somme qui ne t’appartient pas », a confié Diby N’dri Janvier Hélène. Si l’on s’en tient aux dires de ses membres, la CFREC renforce la solidarité et les liens entre les membres. Elles se conseillent mutuellement et entreprennent des actions communes pour le bien-être des enfants et de leur éducation (Voir la vidéo Blédoukangakro).

 

 

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More