30 octobre 2020

Cinq façons dont les cellules féminines de renforcement économique peuvent bénéficier aux communautés de cacao

L’autonomisation des membres des communautés productrices de cacao peut jouer un rôle important dans la lutte contre le travail des enfants. Lorsque les agriculteurs, en particulier les femmes, ont le pouvoir de prendre des décisions et de faire vivre leur ménage grâce à d’autres sources de revenus que le cacao, cela peut se traduire par de réels avantages pour la protection des enfants. C’est pourquoi, avec nos partenaires, la Fondation International Cocoa Initiative (ICI) soutient la Cellule Féminine de Renforcement Economique, ou CFREC. Ces associations ont une longue histoire de soutien aux communautés agricoles, mais ce n’est que récemment qu’elles ont commencé à être utilisées au sein des communautés de cacao. La Fondation ICI s’appuie sur les connaissances et l’expérience existantes pour utiliser les CFREC, afin de renforcer la protection des enfants. Les CFREC mises en œuvre par la Fondation ciblent spécifiquement les femmes membres des ménages. Pour accroître l’autonomisation des femmes, tous les membres reçoivent une formation sur les questions de genre avant de commencer.

Lutte contre le travail des enfants

Les CFREC rassemblent les membres de la communauté, leur donnent des moyens d’action et aident à résoudre certains des problèmes sous-jacents du travail des enfants. Principalement la pauvreté, en permettant aux membres d’investir dans des sources de revenus alternatives. Ces activités peuvent avoir des avantages substantiels pour le bien-être des enfants, en augmentant leurs chances de recevoir une éducation de qualité et en réduisant le risque qu’ils soient impliqués dans un travail dangereux.

Faire tomber les obstacles au financement

Il existe peu de preuves que les CFREC génèrent des profits importants, mais ils s’accompagnent d’autres avantages qui peuvent aider les agriculteurs à surmonter les obstacles courants. L’accès au financement et aux prêts est l’un de ces obstacles pour les producteurs de cacao; en particulier ceux qui vivent dans des régions reculées où les banques sont souvent absentes.

« Avant la CFREC, il était difficile de se procurer de la nourriture », explique Annick Kla, membre d’une CFREC en Côte d’Ivoire. « Les femmes aussi, avant la CFREC, avaient des difficultés à obtenir des prêts pour investir dans leurs propres activités ou entreprises ».

Les membres de la communauté investissent dans le groupe en payant une cotisation minimale. Cela leur permet de contracter de petits prêts auprès du groupe collectif, en remboursant l’argent à temps avec un taux d’intérêt fixe. Ces prêts peuvent ensuite être investis dans la création d’une entreprise, l’amélioration de leurs parcelles agricoles actuelles, ou l’éducation de leurs enfants, et plus encore. À la fin du cycle de l’année, les bénéfices collectifs du groupe sont ensuite distribués aux membres selon un barème qui dépend de leur contribution.

Donner aux femmes les moyens de devenir des agents du changement au sein de leur communauté

Les femmes de la CFREC d’Annick ont pu investir dans le manioc grâce à un prêt de leur groupe et ont pu faire un grand bénéfice. Mais les CFREC ne se contentent pas de faire de l’argent, elles donnent aussi aux femmes les moyens de devenir des acteurs actifs au sein de leurs communautés. Le groupe d’Annick a utilisé une partie de l’argent gagné pour soutenir l’école locale, afin de transporter les enfants vers un centre d’examen voisin. Le transport était coûteux et signifiait que certains enfants risquaient de ne pas se présenter à leurs examens. Aujourd’hui, cela ne sera plus un problème. Mais Annick et son groupe ne s’arrêtent pas là. Ils veulent inscrire leur école en tant que centre d’examen. Ce qui évitera à leurs enfants de devoir se déplacer le jour des examens et garantira qu’aucun enfant ne manque à nouveau ses examens.

Aborder les questions de genre dans les communautés

Bien que les CFREC ne puissent pas résoudre tous les problèmes liés au genre, elles peuvent avoir un impact important sur le rôle des femmes en tant que décideurs au sein du foyer, ainsi que sur la confiance en soi. C’est important, car lorsque les femmes jouent un rôle plus actif, cela peut avoir des avantages pour la sécurité de leurs enfants. Dans le cadre de la mise en place des CFREC, les femmes peuvent également recevoir une formation sur les domaines clés liés à leur gestion et à leur participation aux groupes. Il peut s’agir de gestion financière et d’alphabétisation. Ce qui permet de renforcer l’autonomie des participants.

Ouvrir de nouvelles opportunités

« Au début, je n’avais pas assez d’argent », explique Hélène. Elle vit dans une communauté de producteurs de cacao en Côte d’Ivoire avec son mari et ses enfants. « Quand nous avons commencé les activités de CFREC, cela m’a permis de renforcer mon entreprise ».

Lorsque la CFREC a démarré dans sa communauté, elle a pu contracter un prêt et l’investir dans son entreprise, un petit magasin de vêtements et de jouets pour enfants. Aujourd’hui, lorsqu’elle se rend dans une ville voisine pour vendre les produits de sa plantation, elle réapprovisionne son magasin en même temps. « Grâce à mon entreprise, j’ai pu envoyer mes enfants à l’école », poursuit-elle. « Mon entreprise nous a permis de prendre soin de notre famille. »

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More