20 septembre 2021

ICI lance une nouvelle étude des modèles de risque pour anticiper sur le travail des enfants

Dans une nouvelle étude, l’International Cocoa Initiative (ICI) analyse plusieurs modèles de risque conçus pour anticiper le risque de travail des enfants dans les ménages producteurs de cacao. L’étude s’appuie sur des études de cas en Côte d’Ivoire et au Ghana, qui montrent qu’il est possible de créer des modèles très efficaces, qui pourraient réduire le temps et le coût de l’identification des enfants vulnérables et permettre de cibler le soutien là où il est le plus nécessaire. Cependant, des données actualisées et de bonne qualité provenant des exploitations agricoles et des ménages sont essentielles pour que ces modèles fonctionnent efficacement.


Les modèles de risque de travail des enfants utilisent les informations existantes sur les ménages (telles que la taille de l’exploitation et l’âge des enfants) pour anticiper sur la probabilité du travail des enfants. Des modèles de risque précis pourraient être utilisés pour identifier les ménages et les enfants vulnérables plus rapidement et à moindre coût. Ce qui permettrait de cibler plus efficacement l’aide sur ceux qui en ont besoin. Ce type d’approche innovante pourrait soutenir la mise en place d’interventions efficaces pour prévenir et traiter le travail des enfants.

L’analyse récente de ICI partage les principales leçons apprises et les recommandations sur quand et comment développer des modèles de risque pour prévoir le travail des enfants parmi les ménages dans les zones de culture du cacao en Afrique de l’Ouest. Elle s’appuie sur des exemples concrets partagés par différentes parties prenantes du secteur cacaoyer qui ont testé des modèles de risque. Les enseignements et les recommandations sont pertinents pour toute personne souhaitant savoir ce que sont les modèles de risques liés au travail des enfants, pourquoi ils peuvent être utiles, quand envisager de développer un modèle de risque (et quand ne pas le faire) et comment s’y prendre.

Les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :

  • Il est possible de développer des modèles précis pour anticiper sur le travail des enfants en utilisant diverses méthodes et en se basant sur différents indicateurs.
  • Des données de haute qualité sur les ménages agricoles sont cruciales pour développer et utiliser des modèles pour prévoir le travail des enfants, mais dans la pratique, les données disponibles sur les ménages agricoles sont souvent obsolètes, de qualité insuffisante, ou ne comprennent pas les bonnes informations pour développer ou utiliser un modèle prédictif.
  • Les informations sur l’âge et le sexe des enfants peuvent améliorer la capacité d’un modèle de risque à prévoir avec précision le travail des enfants.
  • Il n’existe pas de modèle unique pour anticiper sur le travail des enfants – chaque modèle doit être adapté au contexte de son utilisation.

Cibler précisément les ménages à risque

Les modèles de risque peuvent être utilisés de diverses manières pour lutter contre le travail des enfants. En identifiant les ménages les plus susceptibles d’avoir recours au travail des enfants, ils peuvent réduire le temps et le coût de l’identification des enfants vulnérables par des moyens traditionnels (comme la visite de chaque ménage pour poser des questions sur le travail des enfants). Les modèles de risque les plus performants peuvent prévoir correctement le travail des enfants dans plus de 95% des cas. En pratique, cela signifie que moins de visites dans les foyers sont nécessaires pour identifier les enfants à risque. En conséquence, le soutien et les mesures préventives peuvent être ciblés là où ils sont le plus nécessaires, plus rapidement.

Les modèles peuvent également être utilisés pour élargir le nombre d’enfants bénéficiant d’un soutien au-delà des cas identifiés de travail des enfants. L’une des études de cas de ce rapport montre comment un modèle de risque a été utilisé de cette manière pour identifier des enfants vulnérables qui ne travaillaient pas, mais qui risquaient de le faire, et pour leur fournir un soutien préventif.

Bien qu’ils puissent être très précis, aucun modèle de risque ne peut prédire parfaitement chaque enfant à risque. Il est donc essentiel que les données soient tenues à jour et qu’un suivi récurrent soit effectué, afin d’identifier les enfants dont le statut de risque évolue dans le temps.

Des données de qualité sont essentielles

La plupart des coopératives recueillent des informations sur leurs membres, leurs ménages et leurs exploitations. Ces registres sont conservés à des fins commerciales, dans le cadre des processus de certification et dans le contexte des programmes de durabilité. Ces informations existantes pourraient potentiellement être utilisées pour exécuter des modèles de risque, afin de prédire le travail des enfants. Cependant, dans la pratique, ces données présentent souvent des lacunes ou sont périmées. L’étude de ICI souligne qu’il est crucial de disposer d’abord de données complètes et précises : sans données de qualité, un modèle de risque ne peut être utilisé pour anticiper le travail des enfants. L’amélioration de la qualité des données collectées ne soutiendra pas seulement l’application d’un modèle de risque, mais profitera également aux coopératives en garantissant que les dossiers sont à jour pour la certification, la durabilité et les objectifs commerciaux. Une expertise technique est également nécessaire pour gérer les données existantes et effectuer l’analyse statistique requise pour créer un modèle de risque.

« Cette étude montre qu’il est possible de développer des modèles de risque précis pour prédire le travail des enfants dans le cacao », a déclaré Megan Passey, Responsable des connaissances et de l’apprentissage à ICI. « La récente enquête du NORC de l’Université de Chicago montre qu’environ 60% des ménages de cacao en Côte d’Ivoire ont au moins un cas de travail des enfants, mais qu’il reste 40% qui n’en ont pas. Les modèles de risque pourraient nous aider à identifier plus efficacement les ménages vulnérables – Ce qui nous aiderait à intensifier l’offre de soutien, en garantissant que les ressources sont ciblées vers les familles qui en ont le plus besoin. »

« Les études de cas examinées dans ce rapport montrent que des progrès considérables ont été réalisés dans le développement de modèles de risque efficaces pour prédire le travail des enfants. Si cela est encourageant, l’étude montre également qu’il existe certains défis, notamment parce que les données de bonne qualité nécessaires à l’utilisation des modèles prédictifs ne sont souvent pas disponibles. Avant de pouvoir utiliser des approches basées sur le risque à grande échelle, nous devons améliorer la disponibilité de données précises sur tous les ménages producteurs de cacao. Les initiatives en cours des gouvernements de la Côte d’Ivoire et du Ghana pour développer et maintenir des registres nationaux d’agriculteurs sont très prometteuses. Des efforts sont également nécessaires pour soutenir les coopératives, afin qu’elles possèdent et gèrent les données sur leurs membres, et pour encourager la coopération et le partage des données entre les fournisseurs, les acheteurs et les autorités, afin que ces bases de données nationales restent à jour. »

ICI soutient actuellement les parties prenantes du secteur du cacao pour développer et utiliser des outils de collecte de données et former les collecteurs de données, afin d’ouvrir la voie à la création de modèles de risque précis. Si vous souhaitez en savoir plus sur les modèles de risque et leur application, veuillez contacter learning@cocoainitiative.org.

Lire Modèles de risque pour prévoir le travail des enfants : Une revue des différentes approches pour identifier les enfants à risque dans le cacao.

Image de couverture : session de sensibilisation au travail des enfants à Didoko, Côte d’Ivoire, © Nestlé, 2019.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More