10 mars 2021

Koffiyaokro – Comment la CFREC a développé l’entrepreneuriat des femmes

Koffiyaokro, une communauté située à 30 km de Soubré dans la région de la Nawa, il est un peu plus de 9h. Mme Kouamé N’guessan Félicité, présidente Cellule Féminine de Renforcement Economique (CFREC), fait les allers et retours entre la place publique et sa maison. Elle a beaucoup à faire ce jour. Vaquer aux tâches ménagères, s’assurer que sa pâte de manioc est bien pressée, commencer à tamiser une partie du manioc broyé, afin de le faire sécher au soleil, aller également au champ. Il y a quelques années auparavant, ce dynamisme quotidien était inexistant. Félicité ne disposait pas de moyens pour financiers aux besoins de sa famille et surtout pour soutenir son mari, Yao Konan Jacques, planteur de cacao.

Félicité et Jacques ne sont pas allés à l’école, mais cela ne les a pas empêchés de croire en la CFREC, d’y adhérer, de convaincre leurs amis et voisins et les communautés voisines à participer. En effet, grâce à l’épargne obtenue, Félicité s’est consacrée à la production et à la commercialisation de l’attiéké.

Subvenir les besoins de la famille et l’autonomisation des femmes

Bien qu’ayant automatiquement adhéré à la CFREC après la sensibilisation sur l’épargne en Juillet 2019, le projet a eu du mal à se mettre en place. Mais elles n’ont pas baissé les bras. Avec détermination et courage, les membres de la CFREC de Koffiyaokro ont tenu bon : « Nous avons commencé avec une cotisation de 500 Fcfa, d’autres payaient 1000Fcfa. Nous avons eu des difficultés par la suite, mais nous n’avons rien lâché. Nous avons poursuivi les cotisations », a-t-elle dit.

Mise en place dans de nombreuses communautés cacaoyères, la CFREC a pour objectif de permettre aux femmes de développer une Activité Génératrice de Revenus (AGR) en vue de faciliter leur autonomisation et subvenir les besoins de la famille. A Koffiyaokro, la CFREC a été créée et soutenue dans le cadre du programme Cocoa For Good de Hershey’s avec le soutien de leur fournisseur Barry Callebaut, implementé avec la fondation ICI.

L’impact de la CFREC

A partir des cotisations allant de 500 Fcfa à 2500Fcfa, les femmes ont épargné la somme de 2,5 Millions Fcfa au terme de la première année de cotisation. « Le jour où elles ont « cassé » la caisse, nous-mêmes nous étions surpris de ce qu’elles avaient épargné. On a invité les gens des villages voisins à la grande réunion pour venir voir », nous a affirmé l’époux de Félicité et qui le rend davantage fier de sa femme. « Nous avons informé les gens des campements voisins. Au départ, elles étaient 30. Aujourd’hui, il y a trois autres groupes. Un quatrième groupe risque de se former. Je suis content de cet engouement. C’est un bon travail….Je suis fier de ma femme…. Quand j’ai des difficultés, elle me soutient avec son activité de manioc. Je suis content car avant, ce n’était pas comme ça».

En effet, ayant obtenu la somme de 120 000Fcfa Félicité pouvait non seulement aider avec des charges du ménage et les dépenses liées à la scolarisation des enfants, mais aussi louer un champ pour la production de manioc. La somme obtenue l’a tout de même surprise tant elle ne s’y attendait pas : « A la fin de la cotisation, quand nous avons ouvert la caisse et vu l’argent épargné, j’ai été personnellement surprise. Nous étions toutes contentes. Nous avons célébré cela. Nous avons même fait sortir un uniforme pour célébrer». Cette année avec l’argent de la CFREC, Félicité pense à créer une nouvelle activité : « Cette année, avec l’argent que j’obtiendrai de mon épargne, mon souhait est d’aller prendre des pagnes et des habits d’enfants pour venir les revendre ici à Koffiyaokro » nous a-t-elle expliqué.

Cette première expérience de l’épargne CFREC a occasionné l’avènement de 3 autres CFREC au sein de la communauté. Si l’on s’en tient aux propos du coach de la première CFREC, les femmes dans leur ensemble ont utilisé leur épargne pour non seulement soutenir leur époux dans la scolarisation de leurs enfants, mais aussi pour développer une Activité Génératrice de Revenus (AGR) tels que les commerces de poisson et de vêtements. Pour lui, le renouvellement de la CFREC montre la détermination des femmes et il ne doute pas qu’elles iront loin.