27 octobre 2020

La Fondation ICI développe un modèle pour prédire le risque de travail des enfants au niveau des ménages

Selon les estimations les plus récentes du rapport du NORC sur le travail des enfants dans le secteur du cacao, 1,56 million d’enfants travaillent en Côte d’Ivoire et au Ghana. Cela souligne la nécessité de renforcer les systèmes efficaces de prévention et de lutte contre le travail des enfants tout au long de la chaîne d’approvisionnement du cacao. La nouvelle stratégie 2021-2026 de l’International Cocoa Initiative (ICI), soutenue par l’ensemble de nos partenaires de l’industrie et de la société civile, vise à aider le secteur à y parvenir. Notamment, en concevant et en affinant des approches plus innovantes. ICI a récemment développé un nouveau modèle qui anticipe le risque de travail des enfants dans les communautés productrices de cacao au Ghana. Si le modèle a été conçu à partir de données sur les facteurs de risque spécifiques au Ghana, les mêmes étapes peuvent être suivies pour faire des modèles de risque de travail des enfants dans d’autres contextes, comme en Côte d’Ivoire. Il s’agit du premier modèle de ce type à être mis en œuvre dans le secteur du cacao, qui pourrait contribuer à rendre les systèmes de protection de l’enfance plus efficaces.

Comment le modèle de risque pourrait-il aider à intensifier le travail de prévention et de lutte contre le travail des enfants ?

Le modèle de risque pour les ménages pourrait être utilisé dans toute situation où il existe des informations actualisées sur les agriculteurs et leurs ménages dans une chaîne d’approvisionnement. Les coopératives tiennent souvent des registres des agriculteurs contenant ces informations sur leurs producteurs, tandis que les comités locaux de protection de l’enfance peuvent tenir des registres similaires sur les membres d’une communauté.

Les Systèmes de Suivi et de Remédiation du Travail des Enfants (SSRTE) sont un type de système de protection de l’enfance de plus en plus courant dans le contexte ouest-africain, dans lequel l’utilisation de modèles de risque pourrait être avantageuse. Actuellement, ces systèmes fonctionnent en envoyant des agents communautaires visiter chaque ménage producteur de cacao dans une chaîne d’approvisionnement, dans le but d’identifier les enfants impliqués dans des travaux dangereux et de leur fournir un soutien adapté à leurs besoins. Bien qu’il ait été démontré que les SSRTE réduisent jusqu’à la moitié le travail des enfants parmi les enfants identifiés, l’approche de type recensement implique de nombreuses visites répétées des ménages et exige beaucoup de temps et de travail.

En appliquant un modèle de risque, les dossiers existants des agriculteurs peuvent être utilisés pour identifier un sous-ensemble de ménages « à haut risque », afin de donner la priorité aux visites de contrôle. Ce faisant, l’analyse de l’International Cocoa Initiative estime que le modèle de risque pourrait réduire les coûts de surveillance de 20 %, tout en identifiant le même nombre d’enfants qui travaillent. Les économies réalisées pourraient être utilisées pour accroître encore la couverture de ces systèmes ou pour apporter un soutien supplémentaire aux ménages vulnérables.

« Notre objectif est de couvrir à 100% les chaînes d’approvisionnement du cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana avec des systèmes de protection des enfants, tels que le SSRTE. Pour atteindre cet objectif ambitieux, nous devons assister à une expansion massive des efforts. Car, aujourd’hui, seul un cinquième environ des ménages producteurs de cacao sont couverts. C’est une entreprise énorme, et nous pensons que ce modèle de risque, avec sa capacité à améliorer l’efficacité opérationnelle, pourrait nous aider à y parvenir, permettant également d’orienter les ressources là où elles sont le plus nécessaires, plus rapidement », a déclaré Nick Weatherill, Directeur exécutif de la Fondation ICI.

Une étape importante dans l’utilisation d’une approche basée sur le risque est de définir ce qui constitue un « risque plus élevé » pour s’assurer que les enfants qui en ont le plus besoin reçoivent un soutien direct, et d’envisager d’autres types d’activités de prévention et d’assistance pour les enfants qui ne sont pas prioritaires pour un soutien ciblé.

Comment fonctionne le modèle ?

Le modèle basé sur les données utilise plusieurs facteurs pour prédire le travail des enfants : des informations sur le chef de famille, comme son niveau d’éducation et son âge, sur les enfants eux-mêmes, sur l’accès du ménage aux services de base, comme l’eau et l’électricité, et des informations sur les pratiques agricoles, comme la taille des terres cultivées, les cultures pratiquées et l’utilisation d’engrais et de pesticides.

La Fondation ICI a constaté que deux des plus importants indicateurs de risque étaient l’âge et le sexe des enfants. Sans ces informations, le modèle initial n’était pas en mesure d’anticiper avec précision le travail dangereux et non dangereux des enfants. Les coopératives et autres entités souhaitant utiliser une approche basée sur le risque pour prévoir le travail des enfants devront donc être fortement encouragées à collecter des informations démographiques sur l’âge et le sexe des enfants vivant dans les ménages de producteurs de cacao.

Le modèle de risque produit dans le cadre de ce projet est une première étape d’un processus plus long. ICI continuera à travailler à l’affinement du modèle, en utilisant des informations et des ensembles de données plus récents, ainsi qu’à la construction de modèles similaires pour d’autres contexts, notamment, la Côte d’Ivoire. Avec nos partenaires, nous développons et testons de nouvelles façons d’intégrer la modélisation des risques dans différentes approches opérationnelles : nous travaillons constamment à améliorer l’efficacité des systèmes de protection de l’enfance, tout en veillant à ce que les enfants vulnérables et leurs familles reçoivent un soutien en temps utile.

Lisez le résumé du rapport en français ici

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More