15 juillet 2020

L’apprentissage de metier donne à richard de l’espoir pour l’avenir

Dans le cadre de son programme de développement communautaire, l’International Cocoa Initiative (ICI) a soutenu les enfants plus âgés des communautés productrices de cacao par le biais de stages en apprentissage de métier. Des adolescents, comme Richard Osei, ont acquis des qui leur serviront dans l’avenir et réduire les risques qu’ils courent en effectuant des tâches dangereuses dans la plantation de cacao. ICI a retrouvé Richard, trois ans après le début de son apprentissage, pour voir ses progrès.

À 17 ans, Richard Osei avait abandonné l’école et vivait dans le camp de Sefwi, une communauté cacaoyère du Ghana. Il a décidé de quitter l’école parce que ses résultats n’étaient pas encourageants. Il a dû se débrouiller seul avec l’argent qu’il gagnait en vendant les fèves de la petite exploitation familiale de cacao.
Aujourd’hui, Richard est un jeune adulte de 20 ans, prospère, capable de prendre soin de lui-même et de sa famille. Il a, en effet, saisi l’occasion de s’inscrire à une formation à la maçonnerie dans le cadre du programme d’apprentissage de ICI en 2017.

« Depuis que je me suis inscrit à la formation en maçonnerie , je trouve qu’il est plus facile de prendre soin de moi. Avant de rejoindre le programme, même l’achat de vêtements me posait problème », se souvient Richard. « Jusqu’à ce que les fèves de cacao soient vendues, je n’avais rien. Mais maintenant, mon patron me donne une allocation journalière de 5,00 GHC pour la nourriture. Il me donne également une commission lorsque les ventes sont faites. Le minimum que je tire d’une vente est 100 GHC. Avec cet argent, je peux économiser 5 GHC par jour ».
Les économies de Richard lui ont permis de subvenir aux besoins de sa famille, même en cas de difficultés. « Avant mars 2020, j’avais économisé 400 GHC », dit-il. « Lorsque nous avons fermé temporairement à cause du confinement, j’ai pu prendre une partie de mes économies pour subvenir à mes besoins, à ceux de ma mère et de ma nièce. En tant que seul enfant vivant actuellement avec elle, je m’occupe des factures de services publics. Je peux également aider ma mère chaque fois qu’elle a besoin d’argent pour la maison ».

Comme dans d’autres pays et communautés, les enfants des communautés cacaoyères du Ghana âgés de 15 à 17 ans risquent davantage d’être victimes du travail des enfants et de participer à des travaux dangereux. Malheureusement, de nombreux programmes de protection de l’enfance ne prennent pas ce les enfants de cette tranche d’âge car ils sont considérés comme moins vulnérables que les enfants plus jeunes. En fait, les compétences et les emplois pour les jeunes figurent en bonne place dans les objectifs de développement durable (SDG) pour 2030, la cible 4.4 des SDG appelant à une augmentation substantielle du nombre de jeunes et d’adultes qui possèdent des compétences pertinentes.

Richard est désormais devenu un modèle dans sa communauté et parmi ses amis, car ceix-ci peuvent clairement voir l’impact de la formation reçue, dans sa vie. Richard a ajouté que sa détermination à suivre la formation l’a fait passer de paresseux à travailleur respecté et acharné.

« La plupart de mes amis et des membres de ma communauté pensaient que je n’étais pas capable de suivre la formation », a-t-il expliqué. « Maintenant, ils me regardent avec respect. Je suis vraiment fier de ce que j’ai pu accomplir. Ma mère fronçait les sourcils chaque fois qu’elle me voyait, car elle avait l’impression que je gâchais ma vie. Aujourd’hui, elle me dit fièrement que je ne lui demande rien, mais que je suis capable de la soutenir et de lui fournir tout ce qu’elle demande.

« Les gens me traitaient avec agacement parce qu’ils pensaient que j’étais un parasite. Aujourd’hui, ils sourient quand ils me voient et me traitent avec respect. Je suis vraiment fier de moi ».
Richard n’a pas l’intention de se reposer sur ses lauriers. Il prévoit de se diversifier à l’avenir et peut-être même d’ouvrir son propre atelier. Son père est également prêt à l’aider à démarrer sa nouvelle entreprise.

« J’avais initialement prévu de mettre fin à l’apprentissage en 2021, mais j’ai décidé de le déplacer en 2022. Je veux aider mon formateur pendant un certain temps, car j’économise en vue de créer ma propre entreprise. Mon objectif est de travailler à la création de mon propre site, afin que je puisse continuer à subvenir aux besoins de ma famille. Je veux réunir au moins 2000 GHC pour mettre en place mon atelier », a déclaré Richard.

Frank Ofori, le patron et formateur de Richard, s’est également engagé à aider Richard durant son parcours pour devenir un maître artisan.
Le programme d’apprentissage a donné à Richard l’espoir d’une vie meilleure. Et c’est ce qui est en train de se produire. Cet espoir s’accompagne de la possibilité pour Richard de se créer un meilleur avenir pour lui-même et sa famille.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More