6 juillet 2020

Le rôle des coopératives dans la lutte contre le travail des enfants

Les coopératives agricoles jouent un rôle essentiel dans l’organisation des chaînes d’approvisionnement en cacao et dans la mise en œuvre des systèmes de suivi et de lutte contre le travail des enfants. Elles peuvent également améliorer la traçabilité, soutenir l’autonomisation des agriculteurs et conduire à la certification. La Fondation International Cocoa Initiative (ICI) travaille avec les coopératives pour identifier les cas de travail des enfants dans leur chaîne d’approvisionnement, pour sensibiliser les agriculteurs membres à ce problème et pour trouver les solutions les mieux adaptées pour traiter les cas identifiés. Les groupes de travail sont un moyen pour les coopératives de soutenir leurs agriculteurs. Ils peuvent également représenter des opportunités pour lutter contre le travail des enfants et sensibiliser à ce problème. ABOCFA, une coopérative au Ghana, en est un exemple.

La direction d’ABOCFA a mis en place des interventions pour promouvoir le bien-être de ses membres, tant à la ferme qu’à domicile. L’une de ces interventions a été la formation de groupes de travail. Ces groupes sont composés de jeunes gens sélectionnés dans les communautés de la région. Ils reçoivent une formation aux bonnes pratiques agronomiques et sont équipés pour fournir leurs services aux agriculteurs membres de la coopérative, gratuitement ou à des tarifs subventionnés. Avec ses partenaires, ICI a aidé les coopératives à créer 213 groupes de ce type en 2019 en Côte d’Ivoire et au Ghana.

Avant tout, ces groupes aident les agriculteurs dans leurs plantations. Ils accomplissent toute une série de tâches dans les exploitations agricoles. Certaines d’entre elles sont des tâches techniques, telles que la taille, que les agriculteurs eux-mêmes ne sont pas toujours à l’aise d’entreprendre. Ils aident également à la pulvérisation des cultures de cacao, que de nombreux agriculteurs ne sont pas équipés pour effectuer en toute sécurité. Leur capacité à aider les agriculteurs à améliorer la productivité et la sécurité des exploitations est importante, mais leur capacité à réduire les risques de travail des enfants l’est tout autant.

Combler un manque de main-d’œuvre

Le manque de main-d’œuvre disponible et le coût élevé de la main-d’œuvre locale sont reconnus comme des causes du travail des enfants au Ghana.

Lorsque la coopérative ABOCFA a été créée, chaque agriculteur devait trouver sa propre façon d’obtenir de l’aide dans sa plantation. La majorité avait recours à des ouvriers et à des membres de la famille, y compris des enfants, pour effectuer des tâches dans leurs plantations. La plupart des agriculteurs âgés, dont les enfants avaient déménagé dans les villes environnantes, devaient travailler dans leur propre planatation lorsque les ouvriers agricoles étaient en pénurie. Cela mettait leur vie en danger et réduisait la productivité du groupe.

Pour remédier à cette situation, la coopérative a commencé à former des groupes de travail qui fournissent gratuitement leurs services aux agriculteurs de l’ABOCFA.

Numgbe Dodzi est membre d’un groupe d’élagage de la coopérative ABOCFA. Avec son équipe, il taille régulièrement le feuillage des cacaoyers, ce qui leur permet de s’épanouir pleinement. « Aucune de ces activités n’est censée être faite par des enfants », explique-t-il. Elles peuvent être dangereuses, même pour son équipe qui dispose d’un équipement et d’une formation spécialisés.

De jeunes hommes comme Numgbe composent l’équipe de tailleurs, qui compte 13 personnes. Ils viennent des communautés locales et des familles d’agriculteurs qui font partie de la coopérative.

Ils ont eu un impact positif sur la lutte contre le travail des enfants. « L’argent des ouvriers peut maintenant servir à l’éducation de leurs enfants », poursuit M. Numgbe. « Notre travail a vraiment contribué à promouvoir la protection des enfants dans les foyers des membres de la coopérative ».
^

Abena Latebia est un agriculteur de la communauté Tei Mensah qui possède trois hectares de cacao. Elle est également chef de famille monoparentale avec trois enfants. « Pendant la période de soudure, lorsqu’il n’y a pas de récolte de cacao, mais beaucoup d’activités de gestion agricole à faire, je devais passer tout mon temps dans la plantation avec mes enfants », dit-elle. Mais avec le soutien du groupe syndical, ce n’est plus le cas. Elle passe moins de temps dans sa plantation et a même créé une petite entreprise. Ce qui lui permet de s’occuper de ses enfants. « Sans les groupes de travail de la coopérative, je ne serais probablement pas productrice de cacao aujourd’hui ».

La présence du groupe de travail et de l’équipe d’élagage a également permis à la coopérative de plaider plus facilement en faveur d’une agriculture sans travail des enfants.

Grâce au SSRTE, des sessions de sensibilisation avec les agriculteurs et des formations avec les membres de la coopérative sur l’importance de l’éducation et les dangers du travail des enfants ont incité les agriculteurs à envoyer leurs enfants à l’école. Aujourd’hui, on est plus conscient des conséquences des travaux dangereux sur les enfants et leurs moyens de subsistance. Cela a conduit de nombreux agriculteurs à comprendre l’importance de la protection des enfants dans leur foyer et dans la communauté, afin de garantir à leurs enfants la possibilité d’une vie meilleure à l’avenir.

Outre les groupes de travail, d’autres mesures correctives, telles que le soutien éducatif aux enfants, sont fournies par le SSRTE en collaboration avec des entreprises partenaires. Le système fonctionne par l’intermédiaire de relais communautaires qui travaillent en étroite collaboration avec les communautés pour surveiller toute occurrence de travail des enfants. L’ABOCFA contrôle également les enfants qui sont trouvés à la maison pendant les heures de cours.

Les solutions au problème du travail des enfants revêtent de nombreuses formes, et les groupes de travail sont essentiels parmi elles. La collaboration avec ses partenaires et les coopératives de cacao comme ABOCFA permet de soutenir davantage d’agriculteurs et de protéger davantage d’enfants contre le travail des enfants. En savoir plus sur les systèmes de suivi et de lutte contre le travail des enfants.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More