4 mai 2020

Les transferts monétaires peuvent-ils réduire le travail des enfants ? L’examen de l’ICI en déballe les effets

Les transferts montétaires sont de plus en plus utilisés comme moyen de lutte contre la pauvreté dans le monde entier. Il est prouvé qu’ils peuvent avoir un impact positif sur le bien-être des enfants, en améliorant l’accès à l’éducation, la nutrition, la santé et le bien-être matériel. Cependant, on en sait beaucoup moins sur leur impact sur le travail des enfants. Pour combler cette lacune, la Fondation ICI a examiné les données disponibles sur la manière dont les transferts monétaires affectent le travail des enfants. Cette recherche fait suite à une étude récente publiée par la Fondation ICI sur l’effet des revenus sur l’incidence du travail des enfants.

La Fondation ICI a examiné l’impact de 20 programmes de transferts d’argent liquide en Asie, en Afrique et en Amérique latine. L’agriculture représentant plus de 70 % du travail des enfants dans le monde, l’étude s’est concentrée sur l’impact des transferts d’argent liquide dans les contextes ruraux. L’étude a été commandée dans le cadre d’un projet novateur intitulé « Soutien ciblé des revenus des ménages vulnérables pour réduire le travail des enfants« , en partenariat avec Nestlé et ECOM, financé par le Secrétariat d’État suisse à l’économie (SECO).

Les transferts monétaires ont un impact différent sur le travail des enfants, en fonction d’une série de facteurs

De manière générale, l’étude a montré que les transferts monétaires peuvent contribuer à réduire le travail des enfants, à améliorer l’accès à l’éducation et à renforcer la résistance des ménages aux chocs, mais que les effets peuvent varier considérablement.

Dans certains des programmes examinés, le travail des enfants a diminué, dans d’autres, il a augmenté, tandis que dans d’autres encore, il n’y a pas eu de changement significatif du tout.

L’impact de transfert monétaire était différent pour les filles et les garçons, ainsi qu’entre les enfants plus âgés et les plus jeunes. L’impact varie également en fonction du niveau de revenu du ménage et du type de travail effectué par les enfants, que ce soit à l’extérieur du foyer, dans les exploitations agricoles familiales ou dans les entreprises familiales.

« Les conclusions sont importantes car elles démontrent les impacts complexes des programmes de transfert d’argent sur le travail des enfants et l’importance de concevoir ces programmes avec soin », explique Megan Passey, responsable du département Connaissance et apprentissage de la Fondation ICI. « Nous savons que la pauvreté est l’une des causes profondes du travail des enfants, mais les faits montrent que l’utilisation des transferts d’argent liquide pour augmenter les revenus des ménages ne se traduit pas automatiquement par une réduction du travail des enfants – dans certains contextes, elle peut entraîner une augmentation du travail des enfants ».

Parmi les exemples de situations où le travail des enfants a augmenté, on peut citer lorsque les montants des transferts d’argent liquide étaient trop faibles pour couvrir les frais scolaires et lorsque les familles ont investi l’argent dans des fermes ou des entreprises familiales, ce qui a nécessité un soutien supplémentaire de la part des enfants. Dans un petit nombre de cas, l’augmentation du travail dans l’agriculture a entraîné une plus grande exposition des enfants à des activités dangereuses, telles que la pulvérisation de pesticides ou l’utilisation d’outils tranchants.

Ces résultats soulignent l’importance de prendre en compte les éventuels résultats négatifs dans la conception d’un programme de transfert monétaire, de planifier des mesures pour les atténuer dès le départ et de mener des évaluations solides pour s’assurer que les impacts sur le travail des enfants sont pris en compte et mieux compris.

Lire le résumé du rapport : L’effet des transferts monétaires sur le travail des enfants: Un résumé des observations des milieux ruraux. 


Les conclusions de cette étude sont utilisées pour éclairer la conception d’un programme de transfert d’argent liquide pour les ménages vulnérables qui cultivent le cacao au Ghana. Dans le cadre du projet de soutien ciblé des revenus des ménages vulnérables pour réduire le travail des enfants, la fondation ICI effectuera des transferts d’argent liquide aux ménages exposés au travail des enfants pendant plusieurs mois en partenariat avec Nestlé et ECOM, avec un financement du Secrétariat d’État suisse aux affaires économiques (SECO). L’impact des paiements en espèces sur le travail des enfants, le bien-être des enfants et les revenus des ménages sera soigneusement évalué afin de mieux comprendre ce lien et de savoir si l’argent liquide pourrait être une option viable pour aider à lutter contre le travail des enfants dans les communautés productrices de cacao.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More