16 septembre 2021

Mars Wrigley et Olam Cocoa soutient les enfants d’Ousmanekro avec de nouvelles infrastructures scolaires

Un fait frappant quand nous arrivons à l’école primaire Sabarikro, située à Ousmanekro (Man) : la propreté et la disposition des fleurs et arbustes plantés par le directeur de l’école, M. Asso Djougba Euloge. Il nous confiera plus tard qu’il s’en est occupé personnellement. Un paysage qui charme davantage avec la peinture encore toute fraiche de l’école composée de trois salles de classe, d’un bureau de directeur et d’un bloc de deux latrines accompagnés d’un dispositif de lavage des mains. Une action rendue possible grâce à l’appui de Mars Wrigley et Olam Cocoa, en partenariat avec la coopérative Yeyasso, et mis en œuvre par la fondation ICI.

Les enfants, trouvés sur le lieu étaient tout aussi admiratifs que les parents ; Traoré Adama, élève en classe de CM1 nous a confié ce qu’il apprécie le plus dans cette nouvelle école : « l’école est jolie, le bâtiment me plaît, les table-bancs me plaisent avec les tableaux. Tout est joli et propre ». Il nous avouera par la suite être revenu cette année d’un pays voisin en vue de fréquenter au sein de l’école et de rester auprès de ses parents à Ousmanekro : « c’est parce qu’ils ont construit une école ici que je suis venu. J’aime étudier », nous a-t-il dit. Selon lui faire les études est « une bonne chose » qui favorisera les « cadres de demain ».

Ce sont des enfants et parents visiblement heureux que nous avons rencontré le 19 mai dernier, jour de l’inauguration de ces infrastructures scolaires. Comme l’a signifié le responsable du Bureau Régional de la Fondation ICI à Duékoué, M. Doua Nicolas, « L’école c’est l’avenir, l’avenir de vos enfants, de la communauté et du pays », raison pour laquelle a-t-il rappelé, « Nous avons décidé de venir vous remettre les clés grâce au partenariat Olam Cocoa – coopérative Yeyasso ».

A cet effet, le représentant de la coopérative Yeyasso : M. Yéo Moussa, lors de son intervention a indiqué que « La construction d’une école demande de nombreux investissements. Elle permet aux enfants de réussir tout en leur évitant d’être utilisé comme manœuvre dans les plantations. Pour éviter les classes surchargées, une école doit permettre une plus grande capacité d’accueil », a-t-il affirmé avant d’ajouter que « Cette école est le symbole du dynamisme de Sabarikro ». Raison pour laquelle, a-t-il fait savoir, « 200 kits scolaires seront offerts par la coopérative ».

Pour le sous-préfet de Yapleu, N’dri Kouadio Clément, la construction d’une école par les partenaires constitue un soulagement pour tous : « En construisant cette école, vous épargnerez les douleurs psychologiques et physiques, vous éviterez aux enfants de parcourir des kilomètres pour aller à l’école comme leurs ainés l’ont fait », a-t-il dit.

Une assertion appuyée par M. Kouakou Kra, de la Direction Régionale de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (DRENA) de la région du Tonpki qui a rappelé que « L’école est obligatoire d’où la mise à disposition d’infrastructures ». Il a par ailleurs indiqué que « l’école ne fait pas de différence, c’est un espace socialisant » dans la mesure où, elle permet aux enfants à apprendre à vivre en société. Poursuivant, il a incité les parents à donner une identité officielle aux enfants en les déclarant, car, dira-t-il, « Sur 11 000 élèves 7424 n’ont pas d’extraits de naissance ». Une situation qu’il a jugé inadmissible au sens où les enfants n’ont pas d’identité et ne sont donc pas officiellement reconnu par l’administration locale.

Lors de son intervention, M. N’dri, représentant d’Olam Cocoa a pour sa part, rappelé les raisons de l’engagement de l’entreprise auprès de la communauté : « C’est parce que vous avez livré du cacao responsable à la coopérative et participé aux actions menées par la fondation ICI que vous avez bénéficié de cette école. Envoyez vos enfants à l’école. A partir de l’école, certains peuvent devenir d’excellents producteurs ; faites-en bon usage » a-t-il affirmé. Au nom de tous les élèves de la communauté, Traoré Adama, le représentant des enfants a indiqué être heureux : « Nous sommes heureux. Grâce à votre générosité, à votre amour pour nous les enfants, vous avez construit un bâtiment flambant neuf qui nous donne envie d’aller à l’école. Merci pour cet acte », a-t-il laissé entendre avant d’émettre un souhait, celui d’avoir de l’eau potable pour les parents et les élèves.

Avec ses membres, l’ICI aide les communautés productrices de cacao comme Ousmanekro à améliorer l’accès à des installations éducatives de qualité dans le cadre de ses efforts pour lutter contre le travail des enfants. Comme l’ont montré les recherches, les communautés bénéficiant d’une éducation de meilleure qualité ont une prévalence plus faible du travail des enfants. C’est pourquoi il est si important de construire ou de rénover des infrastructures, telles que des bâtiments scolaires, des cantines, des logements pour les enseignants, de fournir des kits scolaires et des certificats de naissance. Toutes ces activités peuvent jouer un rôle clé dans l’augmentation du taux de scolarisation et le maintien des enfants à l’école. Pour en savoir plus sur l’importance de l’éducation dans la lutte contre le travail des enfants, cliquez ici.

 

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More