Nouvelles du terrain 30 juin 2017

Nos jours de labeur sont terminés !

Our pounding days are over!

Les habitants d’Abonse, une communauté agricole située dans la région ouest du Ghana, en dehors de la production de cacao, produisent également des palmiers. Ces arbres sont cultivés autour des maisons ou près des plantations de cacao. Les arbres sont très précieux pour les populations car ils ont de nombreux avantages économiques. La ressource la plus importante est cependant le fruit à partir duquel est extrait l’huile de palme.

Dans le cadre de notre travail au sein de la communauté, nous avons fourni une machine à des membres de la communauté intéressés pour faciliter le processus de production de l’huile de palme. Cela a été réalisé dans le cadre de la stratégie ICI des Activités Génératrices de Revenus (AGR), qui vise à aider les parents à avoir d’autres sources de revenus comme forme de réduction de la pauvreté. La pauvreté est une cause majeure du travail des enfants dans les zones de culture du cacao.

Avant l’entrée d’ICI dans la communauté, cet aspect de travail intensif du processus de production d’huile de palme était effectué par des enfants. Les journées de production ont participé à la réduction de la fréquentation scolaire, les enfants étant fatigués. Les enfants ont dû utiliser d’énormes mortiers et pilons en bois pour piler les fruits afin de sépares le revêtement juteux des graines dures. C’était l’aspect le plus fastidieux du processus qui nécessite des heures pour s’achever. Aujourd’hui, la situation est différente. Bien qu’il s’agisse d’une journée de production, il n’y avait pas d’enfants autour du hangar du groupe. Nous les avons trouvés dans les salles de classe en train d’apprendre. Avec l’aide de la machine, le bouquet entier de fruits bouillis est réalisé en moins de 15 minutes. (Voir ici comment l’huile de palme est produite à Abonse).

 

                        DSC_0372

    Les élèves dans une classe primaire à Abonse

« Avant d’avoir la machine, nous souffrions beaucoup parce que nous devions battre les fruits dans le mortier en bois avec un pilon. Ce processus n’était pas seulement fastidieux et long mais réduisait notre production. Nous ne pouvions pas le faire assez bien pour obtenir la quantité d’huile que nous devions produire. Avec la machine, notre production a augmenté, ce qui se traduit par un revenu plus élevé. Maintenant, nous pouvons mieux prendre soin de nos enfants dans leur éducation. Les enfants ne sont plus appelés à piler les fruits cuits. Ils peuvent se concentrer sur leur éducation sans aucune interruption de notre part. « Steven Aboagye, président de l’IGA, explique.

Ce type de transformation est un exemple de pratiques durables qui contribuent à assurer la protection de l’enfance dans les communautés productrices du cacao, ce qui augmente le revenu des familles.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More