Actualités 20 mars 2018

Travail des enfants : Le Gouvernement ivoirien et la Fondation ICI s’accordent sur un mécanisme de coordination et de financement

Un mécanisme opérationnel pour la coordination et le financement durable du système intégré public-privé de suivi du travail des enfants a été adopté à l’issue de l’atelier international qui s’est tenu à Abidjan (Côte d’Ivoire) le lundi 19 mars.  Organisé par le Comité National de Surveillance des Actions de Lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CIM) en partenariat avec la Fondation International Cocoa Initiative (ICI), l’atelier a réuni des experts nationaux et internationaux engagés dans la lutte contre le travail des enfants.

Dans son discours d’ouverture, Nick Weatherill, Directeur exécutif de la Fondation ICI a indiqué que la coordination des activités et la collaboration du secteur public et privé en matière de suivi et de remédiation peut être bénéfique pour les deux parties. « Le secteur privé a l’ambition et les moyens d’avoir un impact significatif à travers ses efforts en matière de suivi et de remédiation du travail des enfants. Mais il est clair que le secteur privé ne peut pas, ne doit pas et ne veut pas opérer ces systèmes seuls en autarcie », a-t-il dit.

A sa suite, Semien Honoré Boua Bi, Représentant du Directeur Pays du Bureau de l’Organisation International du Travail (OIT) en Côte d’Ivoire, a fait savoir que les besoins opérationnels et les coûts des interventions nécessaires à l’atteinte de l’objectif de l’élimination du travail des enfants d’ici à 2025 excèdent les ressources des seuls Gouvernements des Etats. C’est pourquoi, il a indiqué que « la coopération internationale et le partenariat public privé constitueraient une réponse adéquate et stratégique majeure pour accélérer le processus d’élimination du travail des enfants ».

Pour sa part, le Gouvernement ivoirien s’est engagé à octroyer un budget de 2,250 milliards de Fcfa au fonctionnement du Système d’Observation et de Suivi du Travail des Enfants en Côte d’Ivoire (SOSTECI).

Des recommandations ont été faites pour une bonne mise en œuvre du mécanisme. Il s’agit, d’une part, de partager les différentes présentations, d’explorer et de mettre en œuvre le projet pilote SOSTECI/SSRTE, de partager les guides méthodologiques, transmettre les observations sur l’outil 4 du SOSTECI dans un délai d’un mois, d’effectuer une phase test de l’outil 4 du SOSTECI pour faire le rapportage des données de 2017, de permettre aux plateformes régionales des protection des enfants d’assurer un premier niveau de contrôle des données transmises par les différents partenaires, de transmettre les outils SOSTECI/SSRTE à tous les partenaires dans un cadre multilatéral et d’inviter les structures actives à partager leurs propres outils de collecte de données avec le comité technique SOSTECI/SSRTE.

Il s’agit, d’autre part, de prendre en compte des contributions non financières des différents partenaires, de poursuivre des plaidoyers à l’endroit des donateurs et des acteurs locaux sur le financement, d’élaborer un budget transparent en vue de la recherche de financement et d’adopter un cadre juridique et normatif favorisant l’inclusion de tous les partenaires, surtout les entreprises.

Ces recommandations ont été faites à l’issue des présentations du SOSTECI, du SSRTE, du cadre de coordination intégré SOSTECI/SSRTE et discussions intervenues.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More