9 octobre 2020

Un meilleur avenir pour Birago dans le cadre du programme d’apprentissage ICI

En 2017, des enfants plus âgés des communautés productrices de cacao ont été soutenus par La Fondation International Cocoa Initiative avec des stages d’apprentissage dans le cadre de son programme de développement communautaire. Ces adolescents ont été acquis des compétences susceptibles de les aider à l’avenir et ainsi réduire le risque qu’ils entreprennent des tâches dangereuses dans les exploitations de cacao. Parmi eux se trouvaient des filles, dont Augustina Birago. La Fondation ICI a rencontré Birago en 2020 pour constater ses progrès et s’informer de ses aspirations futures à la fin de ses études.

À 17 ans, Birago venait d’obtenir son diplôme de fin d’études secondaires lorsqu’elle a été mise en contact avec l’amie de sa mère, qui était coiffeuse à Kumso, une des villes proches de leur communauté. L’objectif était que la coiffeuse forme Birago au métier de la coiffure en échange de l’aide de cette dernière pour les tâches ménagères. Mais Birago s’est retrouvée dans la rue à vendre pour cette femme au lieu d’apprendre le métier. Elle est retournée chez ses parents dans l’espoir qu’une autre opportunité s’ouvrirait pour elle.

Heureusement, Birago a pu s’inscrire à une formation de coiffeur dans le cadre du programme d’apprentissage de la Fondation International Cocoa Initiative (ICI). Aujourd’hui, Birago est une adulte épanouie qui a confiance en l’avenir qui l’attend. C’est une jeune femme sûre d’elle et confiante.

« Je suis vraiment reconnaissante d’avoir pu profiter du programme d’apprentissage pour apprendre la coiffure. Je vois beaucoup d’améliorations dans ma vie. Je serai diplômé de la formation au plus tard en décembre 2021. J’ai hâte d’ouvrir mon salon de coiffure ».

De la vente dans la rue à la coiffure au salon

Birago voit une grande différence entre sa formation actuelle et celle qu’elle suivait auparavant.

« Il y a une grande différence entre le programme d’apprentissage parrainé par la Fondation ICI et le travail que je faisais pour l’amie de ma mère. Alors que j’ai été forcée par mon formateur à vendre dans la rue et empêchée de venir au magasin lors de mon premier apprentissage à Kumsu, ici, la formatrice en coiffure voulait que j’apprenne. Elle a pris son temps pour m’expliquer les choses. Ce qui m’a aidé à connaître et à comprendre les avantages d’être coiffeuse. Je peux laver, coiffer et tresser les cheveux, mais aussi réparer les tissages et coudre des bonnets à perruque ».

Birago nous raconte également comment sa participation au programme d’apprentissage l’a aidée au cours des deux dernières années. Le programme l’a aidée à développer des habitudes d’épargne qui lui ont été très bénéfiques, à elle et à sa famille.

« Pour la première année de notre formation, la Fondation ICI nous a soutenus avec des allocations mensuelles dans le cadre du programme de soutien. J’ai pu économiser un peu d’argent sur cette allocation auprès d’une des banques de Mankraso. Cet argent a aidé ma famille à se sortir d’une situation difficile l’année dernière. Je n’ai aucune idée de l’endroit où ma famille et moi serions allés sans l’argent de ces économies. Ma formation aurait même pu prendre fin si je n’avais pas eu cet argent mis de côté pour les urgences et autres choses de ce genre ».

Faire en sorte que ça marche

Quelle que soit la qualité de l’apprentissage des enfants soutenus dans le cadre du programme, la formation ne leur sera d’aucune utilité s’ils ne mettent pas leurs compétences en pratique. Au cours de l’entretien, Birago nous a donné un aperçu de ses rêves et aspirations pour les deux prochaines années, alors qu’elle s’efforce de reconstituer son épargne.

« Même si ICI m’a fourni tout l’équipement dont j’avais besoin pour réussir en tant que coiffeur lorsque je me suis inscriet à la formation, j’ai eu le privilège d’avoir accès à l’équipement de mon formateur. Cela signifie que je dispose d’un nouvel équipement pour ouvrir mon propre salon. Il ne me reste plus qu’à trouver un magasin et un bon emplacement. Pour ce faire, j’ai commencé à économiser sur l’allocation mensuelle que mes parents me donnent. J’ai commencé à le faire en août 2019. J’espère qu’en décembre 2021, j’aurais gagné assez d’argent avec mes économies pour couvrir les frais de location du terrain et du magasin que j’attends avec impatience », a déclaré Birago.

Birago a de grands projets après avoir terminé sa formation en 2021. Outre les économies qu’elle réalisera en ouvrant son propre magasin et en gardant son matériel en bon état, elle analyse également la clientèle, afin de déterminer le meilleur endroit pour lancer son entreprise. Et il semble qu’elle se soit décidée pour certains.

« Je me suis rendu compte que Mankraso est plein de salons de coiffure. Je ne voudrais donc pas y créer une entreprise. Mehame ne sera pas non plus un bon endroit, car les gens ne sont pas prêts à payer pour mes services. J’ai besoin de subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille grâce à mon travail. Je prévois d’installer mon magasin soit à Abuakwa, soit à Tanoso. Je ne sais pas encore combien il me faudra pour louer un terrain et construire un magasin, mais j’ai commencé à économiser pour cela ».

Le programme d’apprentissage a donné à Birago l’espoir que sa vie sera meilleure. Cet espoir s’accompagne de la capacité pour Birago construire un meilleur avenir pour elle-même et sa famille.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn More